[Sport] FECAFOOT : Samuel Eto’o est ‹‹ sur les traces de Paul Biya ›› , selon Wilfried Ekanga

Selon l’analyste politique, le président de la Fecafoot traine derrière lui une cohorte de « danseuses » qui le confondent à un dieu. Depuis que Samuel Eto’o est président de la Fecafoot, il est critiqué pour sa gestion du football camerounais. Dans une tribune publiée sur sa page Facebook, Wilfried Ekanga estime que l’ancien Lion Indomptable est « sur les traces de pas de Paul Biya » Et pour cause, « depuis la prise de fonctions de Samuel Eto’o à la tête de la Fédération, l’histoire tend dangereusement à se répéter. Car comme Biya, Samuel Eto’o traine derrière lui une cohorte de « danseuses » qui le confondent à un dieu, un chérubin parfait et humble jusqu’à la moelle des os. Or justement, on ne conteste pas les choix d’un dieu. On ne les questionne même pas. » Selon l’analyste politique, la qualité première d’un homme politique est la cohérence entre le propos et l’acte. Et si dans le propos la clarté fut promise, explique-t-il, l’acte doit être tout aussi clair. Dans le cas contraire on doit s’attendre au scepticisme d’un grand nombre d’observateurs, qui estimeront – à juste titre – que ceux qui manquent de clarté, ce sont ceux qui ont des choses à cacher. Il appartient donc au concerné de les faire mentir en mettant à nu ce qui est dissimulé. Ou au pire, d’assumer les couacs éventuels. One All Sports « La franchise se pose comme la seule issue, plutôt que d’ajouter de la confusion à la confusion en organisant d’étranges messes de minuit avec des artistes – en herbe ou non – dont les critères de choix et la finalité de la présence manquent tout autant de clarté, et plutôt que d’ignorer le fait que le prédécesseur français de One All Sports a saisi l’instruction pour « rupture abusive de convention » et entend obtenir gain de cause. Or en acceptant que le flou demeure, et pire, en fustigeant ceux qui au minimum s’interrogent, les Camerounais sont en train de se fabriquer un deuxième golem ; un second homonculus aux pouvoirs illimités, dont les ailes pourraient finir par les étouffer. C’est un nouveau Biya qu’il ne faudra jamais contrarier, parce qu’il est le plus beau, le plus chaud, le plus jeune, etc. », écrit Wilfried Ekanga.

Read Previous

[Politique] Cabral Libii : ‹‹ il y aura un avant et un après 2018 au Cameroun ››

Read Next

Vos questions d’actualité: Incendies en Europe, rapport de HRW au Cameroun, Pérou, ballon d’or

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.