Meutre au commissariat du 9e arrondissement de Douala

Le nommé NZIMOU Bertin, mort des suites de Tortures au commissariat du 9e arrondissement à Douala…

Ce qui s’est passé au commissariat du 9e arrondissement de Douala est très grave et requiert la sanction urgente du délégué général à la sûreté nationale.

Les commissariats de police ne peuvent pas être transformés en boucheries humaines.

Il est inadmissible qu’un citoyen déféré à une convocation suite à la plainte de sa voisine qui est agent de police pour des raisons de querelles de voisinage et se retrouve torturé en cellule.

Sachant que le gars était mal en point, on l’a libéré et il est allé mourir chez lui quelques heures après.

Les membres de la famille du défunt en colère ont transporté son corps et l’ont déposé devant le poste de police où il avait été torturé.

L’incident a attiré une foule immense devant le poste de police, qui a également perturbé la circulation autour de l’école publique de Deido pendant près d’une heure. Le domicile de la policière qui avait fait arrêter Nzimou Bertin a également été vandalisé par la population en colère de Bépanda.

Le préfet du district Douala 1 Christophe Fofie s’est adressé à la foule en colère et a annoncé qu’une enquête avait déjà été ouverte pour enquêter sur la mort de Nzimou Bertin.

Affaire à Suivre

Read Previous

Don du riz au Cameroun

Read Next

Le debat continue dans la rue

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.