camer-infos24.com

Madagascar: une relance timide du tourisme en 2022

Cette année marque une reprise du tourisme à Madagascar avec la réouverture des frontières en avril 2022 après deux années de fermeture au reste du monde. Mais la Grande Île n’a accueilli que 106 000 touristes entre janvier et novembre, selon les chiffres transmis par le ministère du Tourisme, soit trois fois moins qu’avant la crise du Covid-19, en 2019.

PUBLICITÉ

Avec notre correspondante à AntananarivoLaetitia Bezain 

Malgré un attrait indéniable pour la destination Madagascar, réputée pour sa biodiversité exceptionnelle et ses plages paradisiaques, le bilan reste mitigé pour cette année de relance des activités touristiques. C’est le constat dressé par la Confédération du tourisme de Madagascar. La Grande Île souffre d’abord de l’insuffisance de dessertes et de la flambée des prix des billets d’avion.

 106 000 touristes sont venus à Madagascar de Janvier à Novembre 2022 selon le Ministère du Tourisme. Ce nombre pourrait augmenter à 120 000 d’ici la fin de l’année si l’on s’en tient aux prévisions.

300 000 touristes sont visés en 2023#CTM #Tourisme #Madagascar pic.twitter.com/ITh1DNa0SY— Confédération du Tourisme de Madagascar (@ConfederationT) December 23, 2022

La fermeture toujours en vigueur de la liaison aérienne avec l’Afrique du Sud, notamment, a pénalisé les opérateurs, fait savoir Aina Raveloson, présidente de la Confédération du tourisme de Madagascar. « Il y avait un réel marché régional pour les petites vacances et le tourisme d’affaires avec ce pays Â», précise-t-elle. « La plupart de nos clients passent par l’Afrique du Sud où ils font un safari avant de venir à Madagascar. Certains annulent donc leur voyage et choisissent une destination mieux desservie que notre île Â», raconte Tsiry Rasetriarivony, responsable des opérations chez un voyagiste malgache.

Si les carnets de commandes commencent à se remplir pour l’année prochaine, les acteurs de la filière attendent de l’État des améliorations significatives concernant le transport domestique. Le manque de vols intérieurs et les routes de plus en plus délabrées rendent l’accès à certains sites très difficile. C’est le cas notamment pour Morondava et sa majestueuse Allée des baobabs, dans l’ouest du pays. Le ministère du Tourisme espère une arrivée de 300 000 visiteurs en 2023.

Read Previous

La conquête de l’espace se poursuit aussi en Afrique

Read Next

Burkina Faso: le lieutenant-colonel Zoungrana à nouveau devant la justice militaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *