Au Cameroun, le coronavirus fait flamber les prix des denrées alimentaires

Ce problème est également dû à la diffusion sur les réseaux sociaux des recettes dites de formulation.

Actuellement, la pandémie du coronavirus sévit dans la quasi-totalité des pays du monde. Pour limiter sa propagation, l’utilisation des gels hydro-alcooliques (GHA) est fortement conseillée. Seulement, aujourd’hui, on retrouve sur le marché camerounais des GHA de mauvaise qualité.

Des gels de qualité douteuse

A l’origine de fléau, la forte demande et la diffusion sur les réseaux sociaux des recettes dites formulation. Si on retrouve sur le marché des gels de qualité douteuse, c’est aussi à cause du coût élevé des matières premières.

La rareté des matières premières est due entre autres : à la fermeture des frontières les approvisionnements des matières premières d’origine européenne ou chinoise. Il est donc fait important de trouver des alternatives locales pour être indépendant de l’importation de ces matières premières.

Martial-Gervais Oden Bella, technicien en chimie industrielle, répond à cette préoccupation. Selon lui, les gels hydro alcoolique doivent être constitués notamment : un principe actif, un agent émollient, de l’eau, un agent gélifiant…

«…la production des gels hydro alcooliques est basée sur les normes européenne. A titre d’exemple des normes : EN 1040 : activité bactéricide, EN 1275 : activité fongicide et/ou levuricide et entre autre la EN 14347 : activité sporicide. Au Cameroun, le gel hydro alcoolique est assimilé à un produit pharmaceutique. De ce fait, il doit passer par un processus d’homologation de produit pharmaceutique », explique Martial-Gervais Oden Bella.

Gel hydro-alcoolique et eau de javel

Notons qu’il existe plusieurs types de produits désinfectants. Il y a des gels hydro-alcooliques, des solutions hydro-alcooliques et même l’eau de javel. Pour l’eau de javel, « elle doit avoir une couleur naturelle qui est jaune verdâtre, une odeur moins forte caractéristique de l’eau de javel qui est accessible à tous. Comme critère pour le gel hydro-alcoolique, il ne doit pas être collant après usage. On ne doit pas ressentir une sensation d’effet de colle après usage. Il ne doit pas être irritant au niveau des mains après usage, il doit avoir une bonne viscosité afin de procurer une sensation de fraicheur pendant l’usage, » détaille le chimiste.

Read Previous

Le coronavirus tue un cadre de la société Tradex

Read Next

ERIC GOLF KOUATCHOU EST LIBRE!!

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.