China’s President Xi tells US President Biden on Taiwan “Those who play with fire, will perish by it”

China’s President Xi Jinping on Thursday warned his US counterpart “not to play with fire” on Taiwan, as he held with Joe Biden a “candid” phone conversation on bilateral relations.

ISTANBUL (AA) – China’s President Xi Jinping on Thursday warned his US counterpart “not to play with fire” on Taiwan, as he held with Joe Biden a “candid” phone conversation on bilateral relations.

“Those who play with fire will perish by it,” Xi told Biden regarding Taiwan, according to a statement posted on the Chinese Foreign Ministry’s website.

“It is hoped that the US will be clear-eyed about this. The US should honor the one-China principle (which recognizes Beijing as the sole government of China),” Xi said, adding that “public opinion cannot be defied.”

Beijing considers Taiwan as its “breakaway province” while Taipei has insisted on its independence since 1949.

Xi said the “historical ins and outs of the Taiwan question are crystal clear, and so are the fact and status quo that both sides of the Taiwan Strait belong to one and the same China.”

“China firmly opposes separatist moves toward ‘Taiwan independence’ and interference by external forces, and never allows any room for ‘Taiwan independence’ forces in whatever form,” the Chinese president said.

Beijing is angered by a planned visit to Taiwan by US House of Representatives speaker Nancy Pelosi.

In a briefing earlier on Thursday, Zhao Lijian, a Chinese Foreign Ministry spokesman, repeated Beijing’s “firm opposition” to the potential visit.

Monde: Biden et le président chinois Xi Jinping s’entretiennent par téléphone des tensions entre leurs deux pays

La conversation entre les présidents américain et chinois a duré plus de deux heures

Le président américain Joe Biden et son homologue chinois Xi Jinping se sont entretenus, jeudi, au téléphone, pendant plus de deux heures, des relations tendues entre leurs deux pays.

Il s’agit du cinquième entretien virtuel entre les deux dirigeants depuis que Biden a pris ses fonctions, en janvier 2021.

Par voie de communiqué, la Maison Blanche a déclaré que les deux chefs d’Etat se sont entretenus au téléphone jeudi pendant plus de deux heures”, a rapporté la chaîne américaine “Al-Hurra”.

Cet appel téléphonique a eu lieu, alors que Pékin et Washington sont déjà en conflit sur les droits de douane, ainsi que sur un possible voyage de la présidente de la Chambre des Représentants, Nancy Pelosi, à Taïwan.

La Maison Blanche n’a pas communiqué de plus amples détails à ce propos.

De son côté, le ministère chinois de la Défense a averti Washington de « conséquences » en cas de visite de Pelosi à Taïwan, affirmant que l’armée chinoise “prendrait des mesures rigoureuses pour empêcher toute ingérence extérieure en faveur de l’indépendance de Taiwan”.

Pékin, qui considère Taïwan comme une province séparatiste, a déclaré que de telles actions pourraient causer “de graves dommages aux fondements des relations sino-américaines”.

Pékin revendique le principe d'”une seule Chine” et affirme que la République populaire de Chine est la seule partie autorisée à représenter la Chine dans les forums internationaux, et menace occasionnellement d’utiliser la force et d’intervenir militairement, si Taïwan venait à déclarer son indépendance.

Si la visite de Pelosi à Taïwan venait à se réaliser, ce serait la première visite d’un président du Congrès des États-Unis depuis 25 ans, sachant que la dernière visite a été effectuée par le républicain, Newt Gingrich, en 1997, pour rencontrer le président taïwanais de l’époque, Lee Teng-hui.

Les relations entre Pékin et Taïwan sont marquées par des tensions depuis 1949, lorsque les forces dirigées par le Parti nationaliste chinois ont pris le contrôle de Taïwan par la force, après sa défaite dans la guerre civile chinoise. Le gouvernement nationaliste de la République de Chine se replie alors sur l’île de Taïwan.

Pékin ne reconnaît pas l’indépendance de Taïwan, et considère l’île comme faisant partie du territoire chinois, et rejette toute tentative de sécession. Taïwan ne reconnaît pas, pour sa part, le gouvernement central de Pékin.

Read Previous

Cameroun: à Mbalmayo, Camwater enregistre des vols réguliers de compteurs

Read Next

Afrique: La Cédéao annonce un projet de force anti-putsch dans la région ouest-africaine

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.