À la Une: Emmanuel Macron au Cameroun, une visite qui suscite déjà des critiques

Le président français Emmanuel Macron entame ce lundi 25 juillet une tournée africaine qui doit le mener au Cameroun, au Bénin et en Guinée-Bissau

PUBLICITÉ

Pourvu que le conflit armé au Cameroun anglophone ne soit « passé sous silence. Comme une imploration du site d’information Afrique 21Depuis plus de cinq ans, les régions anglophones du nord-ouest et du sud-ouest du Cameroun connaissent une crise politique et sécuritaire majeure. Un conflit qui a fait plus de 6 000 morts. […] En dépit de la féroce répression des autorités, vitupère Afrique 21, le reste du monde fait comme si de rien était, à commencer par la France, qui préfère parler de “troubles socio-économiques” afin de ménager Paul Biya », dit le journal en ligne.

« Une présidence camerounaise qui n’a pas lésiné sur les moyens pour polir l’image du régime de Paul Biya au pouvoir depuis 40 ans, renchérit Cameroun info. Un chiffre notamment interpelle, celui du chômage, dans le document officiel présenté à la presse nationale pour annoncer la venue d’Emmanuel Macron. On y apprend que le taux de chômage au Cameroun est 3,9%. » 

Une affirmation qui a déclenché une avalanche de commentaires critiques sur les réseaux sociaux. La plupart des internautes mettent en doute ce chiffre publié par la présidence, surtout que récemment, l’Institut national de la statistique (INS), qui est le service officiel des statistiques au Cameroun, a affirmé que le taux de chômage dans le pays est de 6,1%. 

L’annonce de la visite d’Emmanuel Macron fait déjà couler beaucoup d’encre

Dans une tribune au vitriol publiée sur les réseaux sociaux et reprise par Cameroun info, la romancière franco-camerounaise Calixte Beyala ne loupe pas les responsables du RDPC, le parti au pouvoir. « Je trouve inadmissible qu’à l’heure où le peuple camerounais a faim, le RDPC puisse débloquer 10 millions de nos malheureux francs pour aller accueillir un chef d’État ! La France a-t-elle déjà mis des hommes le long du chemin pour accueillir un dirigeant africain ? Nous donnons nous-mêmes aux autres les occasions de nous mépriser… Un bouquet de fleurs et quelques motards suffisent ! »

La romancière n’apprécie pas non plus la collaboration entre le président français Macron et son compatriote Achille Mbembe. L’annonce de la présence de l’universitaire dans les bagages d’Emmanuel Macron à la faveur de sa visite dans son pays agace littéralement l’icône de la littérature francophone : « Macron arrive au Cameroun avec des artistes françafricains et dans son sous-sol, l’atout majeur de la Françafrique : Achille Mbembe. Achille Mbembe est celui qui a aidé Macron à organiser le cirque de Montpellier – référence au sommet Afrique-France – où ils ont tenté, dit Calixte Beyala de corrompre la jeunesse africaine. »

À la une également, le référendum sur la Constitution en Tunisie 

Mais où est passée l’intelligentsia tunisienne ? « L’élite tunisienne ne fait plus grand bruit. Elle était plus expressive et remuante, même sous le régime Ben Ali, déplore Jeune AfriqueLa Tunisie semble se remettre avec difficultés du choc de la révolution qui l’a figée dans une sorte de sidération. Elle aurait bien voulu jouer un rôle, imposer un leadership en matière d’idées et de pensée, mais a été privée de marges de manœuvres ou victime de tentatives de récupération par les partis politiques », déplore Jeune Afrique.

Les déboires de la chanteuse star Yemi Alade à la douane canadienne

« L’artiste nigériane Yemi Alade n’en croit toujours pas ses yeux. La superstar de l’afropop voyage partout dans le monde pour ses concerts, mais cette fois-ci, elle s’est vue refuser un visa d’entrée au Canada. La raison invoquée par le pays est complètement abracadabrantesque, s’insurge Net AfriqueLe Canada a refusé le visa à Yemi Alade parce qu’il craint que l’artiste s’y installe définitivement. »

La chanteuse devait monter, dimanche 24 juillet au soir, sur la scène du Festival international Nuits d’Afrique. Pour la directrice du festival, il était évident que l’artiste n’allait pas rester au Canada. Mais rien n’y a fait, même l’intervention de députés canadiens. Yemi Alade a été remplacée par l’artiste zambienne Sampa the Great.

Read Previous

Variole du singe et vaccination: «La problématique est la répartition des doses sur le territoire»

Read Next

Emmanuel Macron au Cameroun: une visite pour relancer les liens économiques entre les deux pays

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.