camer-infos24.com

6 AVRIL 1984-6 AVRIL 2020/ET SI GUERANDI MBARA ET LES PUTSCHISTES DU MOUVEMENT JOSE AVAIENT RAISON

Par Michel Biem Tong, journaliste web en exil

En ce 36e anniversaire du coup d’Etat manquĂ© contre l’alors nouveau rĂ©gime de Paul Biya, il faut saluer la clairvoyance du capitaine Guerandi Mbara, kidnappĂ© de France et liquidĂ© physiquement au Cameroun en 2013 par les services secrets camerounais, grĂące Ă  la complicitĂ© du trafiquant d’armes français Georges Staeckman. Oui, Guerandi Mbara Ă©tait un visionnaire car le drame que vivent aujourd’hui de millions de Camerounais sous le rĂ©gime gangster de Biya, cet officier subalterne de l’armĂ©e camerounaise l’avait vu venir lorsque lui et ses camarades du mouvement Jeunes Officiers pour la Survie de l’Etat (JOSE) ont tentĂ© de reprendre par la force le pouvoir confiĂ© Ă  Paul Biya par Amadou Ahidjo le 6 novembre 1982.

Dans un entretien qu’il a accordĂ© le 4 avril 2009 Ă  Cameroonvoice, une web-radio basĂ©e au Canada, Guerandi Mbara commence par souligner que le coup d’Etat du 6 avril 1984 ne visait pas Ă  ramener Ahidjo au pouvoir car le mouvement JOSE, explique-t-il, avait dĂ©jĂ  commencĂ© Ă  crĂ©er des cellules secrĂštes en 1975, fort de la corruption et de la dilapidation des ressources publiques qui sĂ©vissaient dĂ©jĂ  et qui se sont accentuĂ©es dĂšs l’arrivĂ©e de Paul Biya au pouvoir : « qui ne se souvient pas de la phrase ‘c’est notre tour maintenant’ ?
qui ne se souvient pas de la dilapidation des ressources financiĂšres au nom de la crĂ©ation d’une certaine bourgeoisie ethno-rĂ©gionaliste ? qui ne se souvient pas des arrestations arbitraires, de la volontĂ© d’anĂ©antissement des hommes d’affaires de certaines rĂ©gions ciblĂ©es par ce clan ethno-fasciste au pouvoir, lĂ  je pense aux commerçants bamilĂ©kĂ© et islamo-peuhl ? », rappelle Guerandi Mbara dans cette interview.

C’est donc ce « clan ethno-fasciste » qui Ă©tait visĂ© par le mouvement JOSE. Ce clan extrĂ©miste et villageois qui se dit de la tribu des seigneurs, des nĂ©s pour gouverner mais qui dĂšs l’arrivĂ©e de Paul Biya au pouvoir n’avait pour seule prĂ©occupation que d’amasser le maximum d’argent possible : « Tout se passait comme s’il fallait se remplir les poches le plus rapidement possible avant qu’il ne soit trop tard », avait soulignĂ© le sous-lieutenant Yaya Adoum dans le message des putschistes lu Ă  Radio Cameroun le 6 avril 1984 mais qui ne s’est limitĂ© qu’à la ville de YaoundĂ©. Ceci, grĂące Ă  Gabriel Ebili, un technicien de Radio Cameroun.

C’est donc ce clan ethnofasciste dit ekang-beti qui se bat corps et Ăąme pour confisquer l’appareil de l’Etat ad vitame eternaem. C’est ce clan ethnofasciste avec pour chef bandit Paul Biya qui a pillĂ© de maniĂšre sauvage la SociĂ©tĂ© camerounaise de banques (SCB) vers la fin des annĂ©es 1980. C’est ce clan ethnofasciste qui a dĂ©crĂ©tĂ© qu’un bamilĂ©kĂ© ne prendra jamais le pouvoir au Cameroun. C’est ce clan ethnofasciste qui a armĂ© des milices terroristes telles que CAFE, Nkul Nnam, pour tuer les membres du mouvement estudiantin Le Parlement qui, au dĂ©but des annĂ©es 1990, revendiquaient de meilleures conditions d’étude Ă  l’UniversitĂ© de YaoundĂ© ainsi que le retour Ă  la dĂ©mocratie.

C’est ce clan extrĂ©miste qui, grĂące Ă  ses services spĂ©ciaux, a mis sur pied l’OpĂ©ration Epervier pour exterminer par l’emprisonnement pour malversations financiĂšres la fine fleur de l’élite dirigeante, particuliĂšrement celle beti, dotĂ© de compĂ©tences avĂ©rĂ©es, du sens Ă©levĂ© de l’Etat et par consĂ©quent mieux Ă  mĂȘme de diriger le Cameroun. C’est ce clan ethno-fasciste qui combat l’opposant Maurice Kamto, qui a crĂ©Ă© la Brigade des Patriotes pour combattre la Brigade anti-Sardinards (BAS), un mouvement citoyen anti-Biya crĂ©Ă© par les Camerounais de la diaspora aprĂšs l’élection prĂ©sidentielle de 2018. C’est ce mĂȘme clan pouvoiriste ekang-beti qui veut nous imposer Franck Biya comme successeur de son pĂšre Ă  la tĂȘte de l’Etat, pour continuer Ă  faire main basse sur les richesses du pays, pour continuer Ă  torturer, massacrer et avilir le peuple camerounais.

Au regard des dĂ©gĂąts dĂ©jĂ  commis par ce ramassis d’incompĂ©tents, de jouisseurs et d’aventuriers qui se disent de la race des « seigneurs », des « nĂ©s pour gouverner », il y a lieu de saluer l’initiative de Guerandi Mbara et du Mouvement JOSE, dont la rĂ©ussite aurait Ă©pargnĂ© le Cameroun et les Camerounais, la malĂ©diction qui s’abat sur eux depuis 38 ans de rĂšgne des Biya.

Read Previous

COVID-19: TRISTE TÉMOIGNAGE DE LAETITIA

Read Next

PANIQUE A AKWA-DOUALA

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *